Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/236

Cette page n’a pas encore été corrigée


228 A LA BRUNANTE. Déjà le Pape était arrivé à mon voisin ; ma timi¬ dité était devenue de l’insouciance ; je me sentais entrer dans le rêve, lorsque tout à coup une voix claire, sympathique, fortement nuancée d’accent ita¬ lien me dit en français : — D’où êtes-vous, mon enfant ? — Du Canada, répondis-je en levant les yeux. Le pape était là, debout devant moi ! — Ah ! ah ! de mon pays de prédilection, conti¬ nua-t-il en souriant. Votre patrie est une terre de braves, une terre d’exemple et de bénédictions. Puis, changeant brusquement de sujet : — Votre évêque n’est-il pas Monseigneur. . .Geon, Regeon ? — Monseigneur Baillargeon, votre Sainteté. — Ah ! bien, bien ! je me remets son nom maintenant; c’est moi qui l’ai nommé, mais il y en a tant que je ne puis me les rappeler tous. Ah ! j’ai bien travaillé pour votre pays. C’est moi qui ai érigé les diocèses de Bytown, de Trois-Rivières, de St. Hyacinthe, de Hamilton, de Sandwich et de de.. c’est le dernier, celui-là. . . il a presqu’un nom polo¬ nais, mais on m’a dit que c’était un nom sauvage. — Probablement le diocèse de Rimouski, votre Sainteté. — Celui-là même, mon enfant. Ah ! si Dieu daigne préserver ma vie, je ferai encore autre chose pour vous, pour l’Amérique, avec l’aide du St, Esprit et de sa grâce.