Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/233

Cette page n’a pas encore été corrigée


dodo! l’enfant! 225 Dix fois dans le mois, grand*mère me faisait racon¬ ter comment je 1*avais eu; et, puisque ces choses me reviennent toujours à la mémoire, vaut autant vous les raconter tout de suite. Bien que ma grand*mère soit morte, je suis përsuadé que son âme m’écoutera avec autant de plaisir que jadis; — et il me semble l’enten- dre me dire, tout en conduisant ses aiguilles dans la trame de son tricot : — Eh ! bien, Henri, tu as donc eu la chance de voir le Pape ? — Oui, grand*mère, je l*ai vu ; je lui ai parlé, et il nous a bénis ; vous, en particulier. — Allons, raconte-moi ça, mon enfant, et tâche de te bien rappeler toutes ses paroles ; la mémoire est un des dons du Saint-Esprit, et tous les jours je remercie le bon Dieu de me 1* avoir conservée. Alors les aiguilles s’arrêtaient dans le tricot ; ma mère déposait son dé et ses fuseaux sur le livre entr’ouvert de mon père, et toute la bruyante nichée se rapprochait pour saisir à qui mieux mieux les premières paroles de mon récit. — Grand’mère, commençai-je, alors, vous n’êtes pas sans ignorer que le Pape demeure au Vatican, immense palais situé à droite de la sainte basilique de l’apôtre Pierre. Or, par un dimanche tout ensoleillé, comme j’étais en train de dégringoler les quatre piani de mon hôtel pour aller dîner à la trattoria del Lepre, dans