Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/229

Cette page n’a pas encore été corrigée


DODO ! L’ENFANT ! I. MARGUERITE DE CIMETIÈRE. Je ne sais si je l’ai déjà dit; mais ma grand’mère était petite, frêle, vive à la riposte, bonne pourtant comme toute les âmes trempées dans la foi, et par¬ dessus tout, charitable à faire reprendre au prophète Elie ce vieux manteau éternellement troué et râpé, qui nous arrive encore si parfumé, porté sur les aîles d’or de la légende biblique.\t' î»