Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/228

Cette page n’a pas encore été corrigée


220 A LA BRUNANTE. devant elle que la flatterie, la méchanceté, le men¬ songe ici-bas, et ne put vraiment donner sur terre que ce qu’elle avait au fond de l’âme, une prière suprême et le dévouement à la patrie.