Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/226

Cette page n’a pas encore été corrigée


2l8 A LA BRUNANTE. Madeleine tira alors de dessous sa mante un pisto¬ let d’arçon et l’examina en se disant : — Allez toujours, général ; vous n’avez affaire qu’au général Montgomery, tandis que moi, j’ai à faire justice de l’envahisseur de mon pays et du meurtrier de ma famille. Et elle descendit par la côte de la Montagne, vers la rue Champlain. A quatre heures du matin, toutes les colonnes en¬ nemies étaient parvenues au rendez-vous assigné. Rien à l’intérieur de la ville ne décélait que l’on s’était aperçu de leur présence. Rien au dehors n’in¬ diquait à l’ennemi que l’éveil était donné, et que partout les postes avaient été doublés. Tout-à-coup, deux fusées montèrent dans le ciel noir, et ce fut là le signal. Alors la ville s’enveloppa dans une ceinture de fer et de feu. Partout les détonations se croisaient. La porte St. Louis tremblait sur ses gonds, le Sault- au-Matelot versait la mitraille sur Saint-Roch. La porte St. Jean s’éclairait de sinistres lueurs. Une pluie de balles et de boulets s’engouffrait par la rue Champlain, et, frappant les rocs et les aspérités du cap Diamant, fractionnait projectile sur projectile. Québec tout rajeuni sentait couler fièrement son sang dans sa veine large et généreuse, et retrouvait enfin son indomptable ardeur militaire.