Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/224

Cette page n’a pas encore été corrigée


216 A LA BRUNANTE. — Diable ! il se fait tard, capitaine, pour écouter encore des réclamations; la journée s’est passée à cette besogne et voilà que l’on me gruge ma nuit. Savez*vous ce qu’elle veut, cette femme ? — Elle assure qu’elle a quelques importantes révé¬ lations à vous faire, et vous prie de l’admettre sur l’heure, mon général. — C’est différent alors ; faites entrer, capitaine. Madeleine Bouvart, toute frisonnante de froid et de vengeance, apparut sur le seuil. — Quoi ! mademoiselle, s’écria Carleton, vous ici ! mais à quel heureux hasard dois-je attribuer l’honneur de cette visite ? — Veuillez le croire, ce n’est pas à votre proclama¬ tion, général ; mais comme je ne viens pas vous apporter ma rancune, vous me permettrez d’aller droit au but de ma visite. Cette nuit l’ennemi tente l’assaut de la ville; à l’heure qu’il est, ses colonnes sont en marche, et comme le temps presse, je serai laconique, ce qui vous surprendra de la part d’une femme. Alors Madeleine se prit à lui donner les détails du plan que Montgommery avait communiqué au colonel Levingston. A mesure qu’elle parlait, le front du vieux général devenait radieux. Si Carleton avait la prudence, je ne dirai pas de Fabius, ce qui sent un peu l’antique, mais j’écrirai de