Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/223

Cette page n’a pas encore été corrigée


MADELEINE BOUVART. 215 commencer à en prendre 1* habitude, car leur ville en était à son cinquième siège, (i) Ce soir là, la tête courbée sur un monceau de cartes et de paperasses, le général Carleton dépouil¬ lait les rapports de grand'gardes et d'avant-postes. Son front était soucieux, ses joues ridées, et à mesure qu'il lisait, il paraissait s'être plongé dans la plus profonde des perplexités. L’ennemi ne faisait pas un mouvement ; en ville on savait qu'il manquait d’argent, de vivres, de munitions, que la maladie et la défection décimaient ses rangs, que la population restait neutre et indécise ; et, malgré ces informations précises, le général Carleton, en homme prudent, s'était décidé à ne pas remuer. En ce moment d'inquiétude il se demandait si son rival, le général Montgomery, serait du même avis que lui. Tout surchargé du poids de ce dilemme, le général Anglais s'était levé, avait fait quelques tours dans sa chambre, tisonnant son feu et faisant tout ce qu'un honnête homme peut faire quand il a l’esprit mal à l'aise, lorsqu’un léger coup retentit à la porte. Un aide-de-camp entra. — Mon général, dit-il, une femme désire vous parler. (1). — Le siège de 1629 par Daniel Kerk ; en 1600 par l’amiral Phips ; en 1750 par le général Wolfe, en 1760 par le chevalier de Lôvis et en 1775 par le général Montgomery.