Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/221

Cette page n’a pas encore été corrigée


LA NUIT DU 31 DÉCEMBRE 1775. La neige tombait drue et floconneuse. Un vent de Nord-est passait lugubre et mugissant, tordant le faîte des chênes et des pins qui se dres¬ saient jadis le long du chemin Saint-Louis. En haut, il faisait sombre et noir partout, et sur le sol, aussi loin que l’œil pouvait s’étendre, on ne voyait qu’un immense linceul blanc s’allonger devant lui*