Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/220

Cette page n’a pas encore été corrigée


212 A LA BRUNANTE. Elle s’était péniblement glissée hors de table, prétextant la fatigue, et avait regagné le fond de ses appartements. Pourtant qui l’aurait vue se traîner le long du corri¬ dor, le front haut, l’œil humide et plein de lueurs fauves, n’aurait guère trouvé l’énervement sur ce visage pâle. Dans sa pensée, le général Montgomery n’était plus qu’un vil meurtrier, et un étrange frisson passait sur cette frêle charpente de femme. Deux cadavres muets se dressaient devant elle. Les deux paysans, qui, sans tombes et sans prières, gisaient enfouis sous les guérets de Saint-Joachim, étaient le père et le frère de Madeleine Bouvart ! Implacables, ils lui montraient qu’avant tout on se devait à la patrie.