Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/211

Cette page n’a pas encore été corrigée


MADELEINE BOUVART. 203 — Eh bien ! mademoiselle ? Madeleine ne répondit pas : Une larme brilla, et descendit lentement le long de ses joues rougies, ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps ; et, faisant effort pour contenir sa honte, elle dit tout simplement : — John, tournez le cheval vers le Cap-Rouge. Le cocher fit ce que Madeleine commanda; puis, lui remettant les rênes en mains, il s’inclina en essayant un de ses sourires les plus gracieux : — Mademoiselle, lui dit-il, on est mieux en de¬ dans, qu’en dehors des murs par un temps pareil, et comme je ne suis pas compris dans la liste de son Excellence, j’en profite pour rentrer en ville. Madeleine resta impassible sous le coup de ce nouvel affront ; d’une main, ferme elle fouetta vigou¬ reusement son cheval, et bientôt femme et coursier se perdirent sous la nuit qui s’allongeait noire et pleine d’alerte sur la campagne canadienne. En arrière, fier et superbe se dressait le vieux Qué¬ bec, encôre une fois resté seul face à face avec l’en¬ nemi de la patrie. En avant courait la ceinture des bivouacs de Montgûmery et d’Arnold. Tout était morne et grave entre ces deux lignes de feu où, côte à côte depuis tantôt quinze ans sommeillaient paisiblement sous la neige, les grena¬ diers du Béarn et les montagnards Ecossais.