Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/210

Cette page n’a pas encore été corrigée


202 A LA BRUNANTE. Et pendant que ces conversations couraient au milieu des francs rires de la foule, elle s’écoulait lentement, sous les yeux scrutateurs du capitaine anglais. Déjà, le tour de Madeleine Bouvart était venu, et même elle avait penché hors de son traineau sa petite tête d’hirondelle, pour mieux mignarder une jolie parole à l’oreille de l’officier, lorsque celui-ci lui dit brusquement : — Mademoiselle, j’ai ordre de ne pas vous laisser entrer en ville. — Moi, capitaine, fit-elle d’un air étonné ; mais M. le gouverneur craindrait-il plus mes yeux que les balles d’Arnold ? — Je ne saurais vous dire, mademoiselle, ce que M. le gouverneur craint le plus ; mais ce que je puis vous exprimer, c’est l’immense regret que va me laisser l’exécution d’une consigne formelle. La voici : Il sortit de la doublure de sa tunique un papier scellé aux armes de Sir Guy Carleton, et le lut len¬ tement, en pesant sur chaque mot : “ Le gouverneur, désirant se mettre à l’abri de la trahison, et se débarrasser des bouches inutiles, défend jusqu’à nouvel ordre l’entrée de la ville aux personnes suivantes ; ” Et l’officier, plaçant son doigt sur une des lignes de la nomenclature, s’inclina légèrement en disant :