Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/208

Cette page n’a pas encore été corrigée


200 A LA BRUNANTE. Déjà il s’était engagé dans le labyrinthe fortifié qui, hier encore, en défendait les approches, lorsque tout-à-coup il fallut s’arrêter. La foule était devenue si compacte qu’il n’y avait plus possibilité d’avancer, et, les naseaux fumants, le jarret finement cambré, le coursier de Madeleine se mit à faire queue au milieu de cette mer humaine qui montait toujours autour de lui. Sous l’arche grisâtre et massive de la porte Saint- Louis, deux compagnies de grenadiers anglais fai¬ saient haie, l’arme au bras. Entre leurs files silencieuses passaient, une par une, toutes les personnes qui, sous les yeux de l’officier commandant, donnaient preuve qu’elles étaient munies de provisions pour huit mois, et promettaient de faire le service de la place. L’interrogatoire n’était pas long ; mais il faisait froid, et, tout en battant de la semelle, de groupe en groupe on se décochait des interpellations. — Aie ! dites-donc, là-bas, maître Chabot, est-ce vrai que le gouverneur Carleton a failli se faire pincer à la Pointe-aux-Trembles par MM. les Bos- tonnais ? — Comment, si c’est vrai, père Lépine ! mais il sortait par un bout du village, tandis que Mont- gomery entrait par l’autre. Le gouverneur filait roide, paraît-il, soit dit sans aucune responsabilité de ma part, car c’est le petit Blanchet qui nous a rapporté ça.