Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/198

Cette page n’a pas encore été corrigée


190 A LA BRUN ANTE. Allons ! lève l’ancre, mon pauvre Jacques ! ça n’est pas la première fois que tu t’en retournes gros Jean comme devant, et mettons le cap sur la chaloupe !