Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


188 A LA BRUNANTE. La traversée fut heureuse, et, chose extraordinaire à cette saison avancée, il ne rencontra aucune brume sur les bancs de Terreneuve. Ce navire filait comme s'il eut été béni par le pape, et déjà il était arrivé à la hauteur des Sept- Isles, lorsqu’une accalmie se fit, et le capitaine se trouva saisi par le brouillard qui le força à rester stationnaire. Debout sur son banc de quart, l’oreille et l’œil au guet, il cherchait à interroger ce vague gris qui absorbait l’horizon. Peut-être songeait-il à l’anglais, lorsque tout-à- coup il entrevit la silhouette d’un vaisseau. Puis ils furent deux, puis huit, puis vingt qui s’avan- çaient à travers l’impénétrable banc de brume. Le père Paradis croyait rêver, et pourtant c’est horrible à dire ; mais il n’y avait pas à douter, c’était Y Edgar qui glissait silencieusement sur le flot, suivi de son convoi. A mesure qu’ils filaient, le brouillard semblait suivre leur sillage, et bientôt, à l’exception de VEdgar et de quelques autres, tous doublèrent la Pointe-aux-Anglais, entrèrent dans la passe et allèrent s’évanouir sur les récifs de l’Ile- aux-Œufs. C’était Walker. Depuis, chaque fois que sur le golfe la brume s’étend froide et serrée, l’amiral du brouillard revient croiser en ces parages.