Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/19

Cette page n’a pas encore été corrigée


LA FEMME A L*AIGUILLE. II camarades du régiment ; car Darlington marié six ans après lui, n’a eu que ce seul fils, qu’Edouard a fait entrer au deuxième lanciers, grâce à son ancien lieutenant qui en est devenu le colonel. M, Meunier a succombé la semaine dernière, à l’attaque d’apoplexie qui le menaçait depuis déjà quelque temps. Cette mort a affçcté un peu ma grand’mère. Elle perd ainsi un à un, tous ses souvenirs de jeunesse; néanmoins, cela ne l’empêche pas de temps à autre, tout en brodant, de nous raconter quelques naïves histoires dans le genre de celle-ci, et de porter en¬ core à ravir la coquetterie de ses soixante-sept hivers ; car, ma grand’mère—ce sera ma dernière confidence—c’est tout bonnement : — La femme à l’aiguille.