Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/175

Cette page n’a pas encore été corrigée


SE SOUVENIR, C’EST PRIER. Maintenant, tout est fini ; j’ai eu l’incroyable cou¬ rage de ne rien vous cacher. Julie, la sainte et la souriante, a traîné sur la table de dissection ; ses petits enfants gisent dans un coin de cimetière quelconque, et mon ami Jean est perdu au milieu de la fosse des pauvres de Greenwood.