Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée


166 A LA BRUNANTE. laisser le moribond à son immense douleur ; pour lui en ce moment se souvenir, c’était pleurer.