Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


II. SE SOUVENIR, C’EST AIMER. De toute éternité, Joséphine était prédestinée pour le bonheur; aussi mourut-elle, le sourire aux lèvres, l’inexpérience au cœur, dès le début de sa dix- neuvième année. La vie n’avait été qu’une fête pour elle, et elle s’endormit avec la conviction qu’elle ne laissait que des heureux en ce monde.