Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/15

Cette page n’a pas encore été corrigée


LA FEMME A L’AIGUILLE. 7 que cette femme venait de faire mourir avec une piqûre d’aiguille. Pendant cinq minutes il garda un long silence qui valait à lui seul bien de ces larmes que l’on croit venir du cœur; puis, brisé par l’émotion, il baisa respectueusement la main qui venait de tuer sa jeunesse, et s’enfuit comme un fou à travers le parc. Le soir il s’affaissait sous les attaques d’une fièvre cérébrale. Il voulait mourir, et sa mère, qui passa toute la nuit à le veiller et à lui répéter cette axiome de la sagesse: “ Malheur à celui qui peut désirer la mort tant qu’il lui reste un sacrifice à faire, un bonheur à soigner, des besoins à prévenir, des lar¬ mes à essuyer!”—l’entendit répéter bien souvent le nom d’Alice, mêlé au mot aiguille, sans se douter que cette arme mignonne avait poignardé l’âme de de son pauvre Edouard.