Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/147

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE FANTOME DE LA ROCHE. 139 balles que le Royal Roussillon et le Royal Angou- lème faisaient grêler sur les rudes montagnards de son régiment, au terrible jour de la bataille des plaines d’Abraham. Tout le monde courait à travers champs; on les voyait venir à qui mieux mieux, croyant trouver la maison ou les bâtiments en feu; mais le capitaine Fraser, sans répondre aux questions, sonnait toujours du cor, jusqu’à ce que Louis Vallières, le dernier arri¬ vé, eût mis le pied dans la salle où d’ordinaire les travailleurs mangeaient. Alors il ferma la porte, se fit apporter un fauteuil, et faisant asseoir tout le monde, leur dit : — Mes enfants, j’ai tenu à vous réunir ici pour vous dire combien je suis heureux de vous voiç tous assidus au travail et aimer l’agriculture. Continuez ; votre pain se gagnera toujours honnêtement, et vous vous assurerez une vieillesse honorée. Je n’ai pas cessé de songer à votre bien-être, et quand je ne serai plus là, mes héritiers ont ordre de vous traiter avec la même sollicitude. Maintenant veuillez me pardon¬ ner les torts que j’ai pu avoir vis-à-vis de vous ; l’homme est né pécheur, et bien des fois j’ai pu vous froisser par ma sévérité ; aujourd’hui l’heure de l’oubli est venue. Ne cessez pas d’être doux et bien¬ veillants pour vos semblables. Tout est récompensé en ce monde, et parce que jadis je fus bon envers un nécessiteux, je viens de recevoir une grâce inespérée. Dieu a permis que je fusse averti : au soleil cou¬ chant je dois mourir.