Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/144

Cette page n’a pas encore été corrigée


IV. LE FANTÔME DE LA ROCHE. Depuis longtemps le corps de ce pauvre Martial Dubé s’était dissous, et avait disparu sous les vases de la Baie de Ste. Croix. Les biens de la terre continuaient à combler mon oncle de leurs faveurs : la prospérité débordait autour de lui, et son commerce l’avait mis à même d’acheter une belle et grande propriété située dans le bas de Beaumont.