Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/142

Cette page n’a pas encore été corrigée


134 A LA BRUNANTE. Pas un voleur ne rôdait aux environs, et l’oncle Fraser satisfait de sa promenade nocturne se dis¬ posait à aller se mettre au lit, lorsqu’en dirigeant un dernier rayon de lumière vers son comptoir, il aperçut assis sur un ballot, la tête tristement appuyée dans une de ses mains, son ancien client, Martial Dubé. — Diable ! que fais-tu là, mon garçon ? balbutia la voix mal assurée de M. Fraser. — La vie est un rêve, capitaine, et pendant que je vous parle, mon pauvre corps roule au fond de la baie de Ste. Croix. Je me suis noyé à dix heures, cette nuit, et je viens vous payer, M. Fraser. De grosses sueurs froides perlaient du front de mon oncle ; sa main tremblait, et les yeux écar- quillés, il regardait le spectre avec une telle épou¬ vante qu’il comprit ses paroles sans les entendre. Les esprits sont ainsi laits : ils peuvent nous parler sans qu’aucun son vienne frapper l’oreille humaine. — N’ayez pas peur de moi, M. Fraser, continua l’imperceptible voix du spectre. Les morts ne savent plus commettre le mal, et la méchanceté ne se trouve que sur la terre des vivants. D’ailleurs, je vous aime, vous le savez, capitaine ; et tout-à-1’heure, quand vous vous êtes arrangé avec M. de Lacorne pour venir en aide à ma pauvre mère, j’étais là, qui vous écoutais. Les défunts, les pauvres défunts, se mêlent constamment aux actes et aux pensées des hommes ; ils voient, comprennent et jugent tout.