Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/141

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE FANTOME DE LA ROCHE. 133 — M. Fraser, je veux faire quelque chose pour cette pauvre vieille dame Dubé. Demain, je vous apporterai cent livres, et en attendant je vous sou¬ haite le bonsoir. — Hourrah ! pour le chevalier, cria le capitaine Fraser, en le reconduisant vers la porte ; je m’asso¬ cierai à votre bonne œuvre, et je donnerai autant. Bonne nuit, au revoir, cher Samaritain ! H se faisait tard, lorsque les pas du chevalier com- mençèrent à se perdre sur le pavé de la rue Notre- Dame. Onze heures sonnaient à l’horloge de l’épi¬ cerie du coin, et le capitaine, après avoir jeté un regard dans l’obscurité du dehors, verrouilla forte¬ ment sa porte, essuya du revers de sa manche la vitre de la petite lanterne qu’il tenait à la main, et, avant de monter se coucher, commença l’inspection qu’il faisait chaque soir, dans son magasin. Ballots de marchandises fraîchement arrivés d’E¬ cosse, boîtes à thé venues de Chine, mélasses et guildives des Iles, eaux-de-vie de France, toutes ces bonnes choses de son commerce défilaient tranquillement sous le rayon pacifique de la lanterne de mon oncle. Partout l’ordre régnait : la nuit promettait d’ètre tranquille : à la porte résonnait le pas cadencé d’une patrouille, et de temps à autre arrivait un cri de détresse, poussé par le passant attardé, que les matelots pressaient pour recruter la marine de S. M. Britannique, représentée en ce moment par deux gros vaisseaux de ligne ancrés dans la rade de Québec,