Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/138

Cette page n’a pas encore été corrigée


MARTIAL PAIE SA DETTE. — Prendrez-vous du thé, chevalier ? voyez comme il est chaud et parfumé. Si vous essayez une fois de ce breuvage, je parie que vous ne pourrez plus vous en passer. — Capitaine, vous êtes un tentateur : vous autres, Anglais, vous ne vous méfiez pas assez des Chinois,