Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/134

Cette page n’a pas encore été corrigée


126 ▲ LA BRÜNANTE. rue, s’en vint timidement vers mon oncle qui riait tout seul en lui-même, rien qu’à songer aux douces joies de son logis. — Bonjour, capitaine Fraser, lui dit-il, tout en ôtant respectueusement son bonnet de fourrure. — Bonjour, l’ami ! qu’y a-t-il pour votre service? — Vous m’avez donc oublié, capitaine Fraser, puisque vous ne me tutoyez plus ? — Pardine ! il vient tant de monde à mon magasin que cela serait encore très excusable. Allons, appro¬ che ici, que je te reconnaisse ! Le voyageur s’avança vers le capitaine qui lui frappa joyeusement sur l’épaule, en disant : — Tiens ! tiens ! cet excellent Martial Dubé que j’ai tiré des griffes du capitaine Goreham. Sans moi, mon homme, tu promettais d’être proprement scalpé. — C’est très-vrai cela, M. Fraser : sans vous ça y était, et l’on me rangeait dans la catégorie des trophées de guerre. Mais tout de même, ce service n’a pas été aussi grand que vous semblez le croire. — Et comment cela, Martial ? — C’est que, voyez-vous, capitaine, tout dans Beaumont a été brûlé et mis à sac par les “ Rangers” du misérable Goreham ; aujourd'hui, il ne reste plus rien à ma vieille mère qui travaille maintenant à la journée chez des habitants. A son âge, c’est dur, capitaine ! Elle a soixante ans passés, et toute cette misère m’a forcé de partir pour courir ma chance, et essayer de lui venir en aide en montant dans les bois.