Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/119

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE FEU DES ROUSSI. Quinze ans s’étaient écoulés depuis ce jour de bonheur et d’union, quinze ans de paix, tels que Cy¬ prien n’avait jamais osé les souhaiter lui-même à ses heures de rêveries les plus égoïstes. La petite famille s’était augmentée d’un gros gar¬ çon bien lait et bien portant, et, comme Cyprien