Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/109

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE FEU DES ROUSSI. IOI Le marchand faisait passer un tributaire du Saint- Laurent dans son rhum et dans son genièvre : Le curé buvait sec, mais en cachette ; ce qui cons¬ tituait un pénible cas d’ivrognerie : La bonne Sainte-Anne ne se faisait pas assez prier pour opérer ses miracles : Les béquilles suspendues à la voûte et aux parois de l’église étaient toutes de la même longueur; ce qui prouvait en faveur de la monotonie du talent de l’ouvrier chargé de la commande : Les ex-voto étaient faits dans le but d’encourager la colonisation, au détriment de la navigation pour laquelle le petit Cyprien se sentait un faible décidé. Et la bande joyeuse de rire aux éclats, de trinquer à chaque saillie, et de faire chorus autour ded’athée. Il n’y avait pas de scandales cousus au fil blanc qu’il n’inventât, lorsqu’un beau dimanche ce fut au tour de tous ces lurons d’être scandalisés. Pendant la grand’messe, le petit Cyprien Roussi qu’on n’avait pas vu depuis trois semaines, s’était pieusement approché du balustre, et, à la vue de tout le village ébahi, y avait reçu des mains de son curé la sainte communion.