Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante, contes et récits, 1874.djvu/100

Cette page n’a pas encore été corrigée


92 A LA BRUNANTE. — Comment, il est mort ! criai-je avec les yeux pleins de larmes. — Et mademoiselle Marguerite ? ajoutai-je, si bas que je m’entendis à peine. — Dame ! son amoureux Michel Larrivée a été tué à la guerre, et, comme après la mort du meunier Labrèque, elle n’était pas pour demander la charité, elle s’est mariée avec Pitre Bel ours qui a fait des économies pendant que l’autre faisait le soldat. Je crus que j’allais mourir. Je tombai sur l’herbe, et là je pleurai comme un enfant, puis quand ma première douleur fut passée, je me rendis chez M. Raby qui me confirma toutes ces affreuses nouvelles. Maintenant, n’ai-je pas raison de dire que c’est une bien triste chose que la guerre, Henry ? et tu ne comprendras bien ces paroles que lorsque tu auras encore grandi de deux bons pieds. Dire que sans le régent George IV, je me serais marié à la meunière du moulin, morte de chagrin en voyant les économ:e3 de Pitre s’en aller à l’auberge, et que j’aurais joui de la vie, moi aussi, tandis que maintenant, sans famille, sans enfants, je ne suis plus qu’un invalide pensionné par le gouvernement. Ah ! tu ne sauras jamais combien je les déteste ces Anglais !