Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/419

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
397
SABHA-PARVA.

» Que ne peut faire, secondé par vous, le protégé de la Fortune, le plus fort des êtres vigoureux, l’héroïque Vrikaudara à la vaste renommée ? 782.

» Une réunion de forces bien conduites enfante des effets supérieurs : la force aveugle est impuissante, dit-on ; il faut que les sages dirigent ses efforts. 783.

» C’est ainsi que les pêcheurs détournent l’eau des lieux, où elle est profonde ; c’est ainsi que les pêcheurs conduisent l’eau en des fosses creusées de leurs mains.

» Assurant donc notre appui sur Krishna, le sage, qui n’ignore point les axiômes de la science politique, le héros, célèbre dans l’univers, déployons tous nos efforts pour le succès de l’entreprise ! 784-785.

» Ainsi, l’heureuse issue dans les choses, que nous allons tenter, suivra nécessairement Krishna, qui réunit la force, la conduite et la science, qui est ingénieux à trouver les moyens de réussite. 786.

» Ainsi, qu’Arjouna suive maintenant Krishna et que Bhîma suive Arjouna pour l’accomplissement de cette affaire ; et la politique, la force et la victoire, associées dans l’héroïsme, concourront à nos succès. » 787.

Ces paroles dites, ces frères aux vastes forces, le Vrishnide et les deux Pândouides, s’acheminèrent tous vers le pays du Magadhain. 788.

Il avaient revêtu le costume de brahmes éclatants de sainteté, consommés dans la science ; et leurs amis les avaient salués des plus aimables paroles. 789.

Le corps de ces trois hommes, qui avaient ceux d’Agni, de Lunus et du Soleil, flamboyait alors d’une éclatante lumière dans la colère, dont ils étaient consumés pour les injures faites à leurs parents. 790.