Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/220

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Destin s’y oppose. Désirent-ils recouvrer l’empire de leur père et de leurs aïeux, il est impossible d’y mettre un obstacle. 7420.

» On ne peut jeter la division au milieu d’eux : cette communauté d’une seule épouse leur est agréable ; on ne pourra donc les diviser les uns des autres. 7421.

» Krishnâ elle-même ne peut être aliénée d’eux par des instigations étrangères. Elle a suivi les Pândouides, quand ils étaient fugitifs : combien plus restera-t-elle avec eux, quand ils seront dans une brillante position ! 7422.

» Posséder à elle seule plusieurs maris est un avantage, que désirent les femmes. Krishnâ jouit de ce bien, on ne saurait donc la séparer d’eux. 7423.

» Le roi du Pântchâli a de nobles sentiments ; il n’aime pas les richesses : tu peux être sûr qu’il n’abandonnera pas les fils de Kountî, lui donnât-on un royaume ! 7424.

» Son fils n’est pas moins vertueux ; il est attaché aux fils de Pândou : ainsi, je ne pense pas qu’on puisse d’aucune manière espérer la réussite de ces moyens. 7425.

» Voici, ô le plus éminent des hommes, ce qu’il nous est possible de faire maintenant ; il nous faut, seigneur, arracher les fils de Pândou avant qu’ils n’aient pris racine. Que cet avis t’agrée, mon auguste maître ! 7426.

» Tandis que notre parti est fort et qne le Pântchâlain est faible, attaquons-les ! n’hésite pas. 7427.

» Marche contre eux, seigneur, tandis qu’ils n’ont pas encore dans le Gândhâra un grand nombre de chars, des amis et des familles ! 7428.

» Marche contre eux, seigneur, avant que le roi de Pântchâli et ses fils à la grande vaillance ne tourne son esprit à la guerre ! 7429.