Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
LE MAHA-BHARATA.

ce pas d’un roi des éléphants dans son ivresse ! Cette apparence de vigueur fait déjà présager ce qui doit nécessairement arriver dans cette affaire ! 7043.

» Sa force est capable d’un grand exploit : s’il était faible, irait-il là de lui-même ! D’ailleurs, il n’existe rien dans les mondes, entre les choses immobiles ou mobiles, que les brahmes ne puissent exécuter parmi les hommes ! 7044.

» Les brahmes jeûnent, ils vivent de l’air, ils ne mangent que des fruits ; mais ils sont fermes dans leurs vœux, et, tout faibles qu’ils soient, ils sont plus forts que tout, grâce à l’énergie de leur pénitence ! 7045.

» On ne doit pas mépriser un brahme en quelque chose qu’il fasse, bonne ou mauvaise, agréable ou pénible, grande ou petite. 7046.

» Râma le Djamadagnide a vaincu les kshatryas dans la guerre ; Agastya par sa vigueur brahmique a pu boire toute la mer profonde ! 7047.

» Que personne donc ne craigne de s’écrier ; « Enfant, lève-moi cet arc lestement ! » Ainsi s’entredisaient les principaux des brahmes. 7048.

Tandis que les deux fois nés échangeaient ainsi ces paroles diverses, Arjouna s’était approché de l’arc et se tenait devant lui, immobile comme une montagne. 7049.

Il tourna tout à l’entour de l’arc, qu’il salua d’un pradakshina ; il s’inclina en l’honneur d’Indra, d’içana et de Vishnou, l’auguste donateur des grâces ; 7050.

Il rendit le même hommage dans sa pensée à Krishna ; puis, Arjouna saisit l’arc, que n’avaient pu bander ces princes, lions des hommes, consommés dans la science de l’arc et tels que Roukma, Sounîtha, Vakra, Çalya, Çâlva,