Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 3-4.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIV.
HÔTES QU’ON N’ATTEND PAS.


Les trois associés restaient immobiles. Abel et Reinhold avaient leurs regards fixés sur la porte principale ; Mira jetait les siens à la dérobée vers la petite pièce où M. le baron de Rodach avait surpris, quelques jours auparavant, le caissier Moreau en conférence secrète avec ses patrons.

Le bruit redoublait dans l’antichambre. Il y avait là une de ces voix fortes et tonnantes, dont l’éclat blesse l’oreille comme le son rapproché du cor.

On menaçait, on blasphémait. Le domestique de garde se défendait timidement, et son accent exprimait à chaque instant plus de terreur.

On frappait en même temps, à coups redoublés, à la petite porte donnant sur l’escalier de la caisse.

Abel et Reinhold se regardèrent.

— Reconnaissez-vous cette voix ?… murmura le jeune de Geldberg.

Les dents du chevalier claquèrent ; il ne trouva point la force de répondre.

— Ouvrez ! criait-on dans l’escalier de la caisse ; monsieur le docteur, je sais que vous êtes là, et je vous ordonne d’ouvrir !

— C’est ma sœur ! grommela le jeune M. Abel ; on peut la laisser hurler et cogner à sa guise…