Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils passèrent par une longue suite de salles qui semblaient abandonnées, et dont les fenêtres n’avaient plus guère de carreaux pour remplir les intervalles de leurs nervures de pierre. — Par ces issues ouvertes aux regards, ils pouvaient mesurer la vaste étendue des communs et des bâtiments parasites ; — ils pouvaient admirer même l’élégante grandeur de la chapelle, précieux reste du douzième siècle, œuvre de cet âge patient qui vit Erwin de Steinbach découper la cathédrale de Strasbourg, et qui, trop modeste ou trop insouciant, ne laissa qu’une gloire anonyme aux merveilleux architectes de Cologne.

Zachœus Nesmer avait établi sa demeure à l’extrémité la plus orientale du château. Il y avait un large espace entre les pièces qu’il avait fait restaurer à sa manière, pour son usage exclusif, et la partie habitée du schloss.

Les vieux verrous des portes et les serrures rongées de rouille avaient été remplacés surtout par des ferrements tout neufs. — Maître Zachœus avait fait de sa retraite une sorte de petite forteresse.

Van-Praët et José Mira, le docteur, habitaient, au contraire, l’autre extrémité du schloss. — Des personnes aussi positivement utiles devaient rester toujours sous la main de leur maître.

Le passage de Regnault et du madgyar causa un moment de rumeur dans l’ancienne salle de justice : majordomes, échansons, écuyers et chasseurs les suivirent d’un regard curieux, tandis que les servantes de tout âge échangeaient à demi-voix leurs observations empressées.

— C’est un bien joli cavalier que ce gentilhomme français ! dit la dame Desideria.

— Je crois qu’on ne peut pas le comparer au noble Hongrois qui l’accompagne, répliqua Ludchen, la femme du courrier Fritz.

Lieschen, Luischen, Franzchen, Lottchen, Katchen et Roschen se rangèrent à l’une ou à l’autre de ces opinions.

— Qu’ils soient beaux ou laids, — dit l’écuyer Johann, — je n’aime point à voir arriver ces nouveaux visages.

— Ce sont des oiseaux de proie, ajouta Hermann, le laboureur ; chaque fois qu’il viennent, c’est pour moi comme une annonce de calamité prochaine.