Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


» Rien ! — Tous les sièges étaient à leurs places, et je cherchais en vain autour du lit un seul des mille lambeaux du parchemin qu’avait déchiré devant moi la main du meurtrier.

» — C’est un rêve ! c’est un rêve ! me disais-je encore.

» Mais ce n’était pas un rêve… Voyez ! »

La jeune fille montra du doigt le plancher.

— Voyez ! répéta-t-elle d’une voix tremblante : — l’Homme Rouge avait eu beau déchirer son vêtement et frotter le sol à la place du meurtre… les traces du sang humain ne s’effacent jamais !

Hans, qui suivait de l’œil le doigt de la jeune fille, aperçut en effet sur le plancher poudreux une large tache noirâtre qui semblait encore humide…



Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2 (page 75 crop).jpg