Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/418

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XII.
LE TONNEAU DES DANAÏDES.


Quand ils furent partis, une sonnette s’agita au-dessus du poêle, et le garçon d’antichambre hâta son pas solennel pour s’élancer à l’ordre.

Presque aussitôt après, il revint et il dit :

— Ces messieurs ne recevront plus aujourd’hui.

La vieille femme joignit ses mains desséchées, et demeura comme frappée de la foudre dans son coin.

Une ou deux personnes qui attendaient leur tour pour être introduites, s’éloignèrent en murmurant.

Le garçon d’antichambre se mit en devoir de rentrer dans l’intérieur des bureaux.

— Klaus !… dit en ce moment le baron à voix basse.

Le garçon s’arrêta court, la main sur le bouton de la porte. Il restait immobile et l’oreille ouverte ; mais il ne se retournait point, parce qu’il croyait avoir mal entendu.

— Klaus ! répéta M. de Rodach.

Le garçon se retourna cette fois, et vivement ; il ne fit qu’un bond jusqu’au milieu de la chambre.

Jusqu’alors il n’avait pas plus regardé M. de Rodach que les autres ; — dès qu’il eut jeté les yeux sur cette figure, il poussa un cri de surprise.