Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Néanmoins il ne répondit pas tout de suite.

La dame frappa du pied avec impatience.

— Eh bien !… fit-elle en fronçant le sourcil.

Le bon plaisir de M. le baron de Rodach n’était point de laisser paraître son ignorance. Il prit la petite main gantée et la serra doucement entre les siennes.

La dame eut un sourire adouci.

— Le lieu n’est pas convenable pour une explication, reprit-elle ; et je veux savoir le motif de votre long silence… De deux à quatre heures, M. de Laurens est à la Bourse…

À ce nom de Laurens, la physionomie du baron resta calme ; mais son cœur eut un battement.

La jolie dame baissa son voile.

— Venez à cette heure, ou à une autre… car mon mari n’est plus jaloux.

L’accent qu’elle mit à prononcer ces derniers mots était étrange. On y pouvait deviner de longues et patientes luttes, la perfide victoire de la femme et le profond malheur d’un homme…

Elle fit un léger signe de tête et s’éloigna en disant : À demain.

Le baron la suivit un instant du regard, tandis qu’elle se glissait dans la foule. Un éclair s’était allumé au fond de son œil.

— Madame de Laurens !… murmura-t-il, la fille aînée de Mosès Geld !



Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2 (page 172 crop).jpg