Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - Contes et romans populaires, 1867.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
LE TRÉSOR DU VIEUX SEIGNEUR.


Erckmann - Chatrian - Contes et romans populaires, 1867 p271.jpg
Il me regarda longtemps à travers la pluie. (Page 9.)


les cimes de la Suisse durant des heures entières. On le rencontrait aussi parfois la nuit qui se promenait dans les décombres, et quelquefois, mais rarement, il descendait boire du kirschenwasser, avec les mariniers et les flotteurs, au bouchon du père Korb, sur la jetée en face du pont. Alors il parlait des anciens temps et racontait des chroniques à ces braves gens, qui se disaient : « D’où diable le vieux Zulpick sait-il ces choses, lui qui n’a fait que tresser des cordes toute sa vie ? » « Zulpick ne manquait jamais d’aller à la grand’-messe les dimanches ; mais, par une vanité singulière, il se tenait fièrement dans le chœur, à la place des anciens ducs ; et, chose étonnante, les habitants de Brisach trouvaient cela naturel de la part du vieux cordier, tandis qu’ils l’auraient blâmé dans tout autre.

« Tel était l’homme à la lanterne.

« Il me regarda longtemps à travers la pluie qui rayait l’air, et malgré l’impatience qui me gagnait.

« Enfin il me dit d’un ton sec :

« — Voici votre chemin. ». « Et les reins courbés, l’air rêveur, il poursuivit sa route vers le bouchon du père Korb, en murmurant des paroles confuses.

« Quant à moi, voulant profiter des derniers éclairs de la lanterne, je grimpai rapidement la terrasse, où m’apparut une lumière à ras de terre : c’était celle du Schlossgarten. Une servante veillait encore ; j’atteignis la porte de l’hôtel, je frappai, on m’ouvrit, et la voix de Katel s’écria