Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passe, mais paraîtrait qu’il y a de mauvaises nouvelles dans l’air.


GRIOLET.

Ah bah ! ça se dissipera… En attendant, nous sommes invités au bal, et moi j’éprouve le besoin de gigotter un brin.


LA DUCHESSE, paraissant au fond avec le notaire.

Venez, venez, monsieur le notaire, c’est ici que l’on va signer le contrat.


MONTHABOR.

Le contrat !… de qui donc ?


ROBERT.

De mademoiselle Stella !


MONTHABOR.

De mad… (se reprenant vivement.) de la petite bourgeoise ?…


ROBERT.

Oui… (Avec effort.) Partons…


MONTHABOR, le retenant.

Un instant… faut que je voie ça…


LA DUCHESSE, qui est descendue à l’avant-scène, à part.

Je suis d’une inquiétude… je ne sais pas ce qu’est devenue Stella… Bambini et le duc la cherchent partout… et ils ne reviennent pas… Voici mes invités, ne laissons rien paraître…

Elle remonte d’un air riant et va recevoir les invités.