Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MONTHABOR.

Il te faudrait endosser l’habit de cantinière.


STELLA.

Eh bien !… est-ce qu’il m’ira plus mal qu’à une autre ?


MONTHABOR.

Non… mais tu serais obligée de te contenter de l’ordinaire du troupier.


STELLA.

Le pain de munition… je l’adore !


MONTHABOR.

Tu n’es pas difficile… mais je ne veux pas que tu sois malheureuse. Tu resteras avec ta mère… je viendrai t’embrasser de temps en temps… et je m’en retournerai content.


CLAUDINE, appelant en dehors.

Monthabor ! Monthabor !


MONTHABOR, vivement à Stella.

Quelqu’un !… Je ne te connais plus… éloigne-toi…

Il remonte avec sa fille.


Scène XIV

Les Mêmes, CLAUDINE, puis GRIOLET.



CLAUDINE, entrant vivement par la droite.

Monthabor !…


MONTHABOR.

Quoi ?… qu’est-ce qu’il y a ?


CLAUDINE.

On vous demande au quartier… vite, vite…