Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA DUCHESSE.

C’est que vous agirez comme si nous ne nous étions jamais vus…


MONTHABOR.

Accepté !…


LA DUCHESSE.

Vous me le jurez ?


MONTHABOR.

Parbleu !… pourvu que je revoie ma fille, voilà tout ce qu’il me faut… Cette adresse ?


LA DUCHESSE, à part.

Ah !… ma foi… au hasard… (Haut.) A Paris… chez les Bénédictines… rue de Sèvres…


MONTHABOR.

À Paris… J’étais si près d’elle… et je ne me doutais pas… Ah ! nom d’une bombe !… j’ai hâte maintenant que la campagne soit finie pour retourner là-bas… pour courir rue de Sèvres… pour dire à ma fille : viens dans mes bras, ma chérie… Ah ! que c’est bête, satané chien ! que c’est bête !…


LA DUCHESSE, le regardant.

Ce pauvre Bernard !… (Hésitante.) Mais non… non… je ne peux pas faire autrement.


Scène X

Les Mêmes, ROBERT, GRIOLET, puis LE DUC.



ROBERT, entrant par la gauche suivi de Griolet.

Nous sommes installés !… Claudine est en train de faire nos lits…