Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VI

ROBERT, MONTHABOR, GRIOLET.



ROBERT.

Mordieu !… c’est qu’il a l’air de se moquer de nous !


MONTHABOR, furieux.

Ah ! mille tonnerres ! si on ne se retenait pas, quel plaisir on aurait à tambouriner les côtes d’un pékin de cette espèce-là.


ROBERT, le retenant.

Pas de bêtises… du calme, Monthabor, du calme…


MONTHABOR.

Je me dompte, mon lieutenant… je comprends les sentiments internes qui vous agitent… C’est le papa de la petite… sufficit !… on respectera l’amphibie.


ROBERT.

Le papa de la petite… qu’est-ce que tu entends par là ?


MONTHABOR.

Parbleu !… j’entends qu’elle vous a tapé dans l’œil, la jolie colombe du couvent… c’est visible à l’œil nu.


ROBERT.

Allons donc !… ça n’a pas le sens commun… moi, un simple lieutenant, sans le sou… tu croirais que je suis amoureux…


MONTHABOR.

Un peu, mon neveu…


ROBERT.

Certainement, je la trouve charmante cette jeune fille…