Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/5

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


COUPLETS
I
Prenez les grappes empourprées
De ce beau raisin succulent,
Prenez ces oranges dorées,
Prenez, et régalez-vous-en !
Tout ça c’est de la contrebande,
Mais, comme au paradis… perdu,
Moquons-nous de la réprimande
Et mordons au fruit défendu !

CHŒUR.
Moquons-nous de la réprimande
Et mordons au fruit défendu !

STELLA.
II
Autrefois, ce fut une pomme
Qu’à belles dents Ève croqua,
Moi j’apporte autre chose, — en somme,
Il faut croquer ce que l’on a !
Eh ! qu’importe que le fruit change,
L’important, c’est qu’il soit mordu,

Mangeant une orange.

Que ce soit pomme… ou bien orange,
Oui, mordons au fruit défendu !

TOUTES.
Que ce soit pomme ou bien orange,
Oui, mordons au fruit défendu !

LA PRIEURE, s’éveillant.
Ce bruit… que faites-vous… hein ? quoi ?

STELLA, bas.
Elle s’éveille… imitez-moi…

Stella et ses compagnes se prosternent devant la madone.