Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROBERT.
Par bonheur nous avons du vin…
Allons, vite qu’on verse à boire !

TOUS.
A boire ! à boire !

On remplit les verres.


ROBERT, se levant le verre en main et montrant Stella.
Amis, je bois à la santé
De la fée aimable et charmante,
Qui nous donn’l’hospitalité
D’une façon si bienveillante !

TOUS, trinquant.
A notr’fée aimable et charmante !
A sa santé !

MONTHABOR.
Soyons gais comme des pinsons,
C’est l’heur’d’entonner des chansons,
Chacun va dire sa chacune…

A Stella.

A vous l’honneur…

STELLA.
A vous l’honneur… Je n’en sais qu’une
C’est un air défendu que j’ai trouvé chez nous,
Une chanson enfin, où l’on parle de vous…

ROBERT.
De nous, vraiment !…
Mais c’est charmant !

LE CHŒUR.
Dites-nous la, ma belle enfant…

STELLA.
COUPLETS.
I
Depuis longtemps l’Italien
Veut enfin devenir son maître.