Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MONTHABOR, de même.

Nous y voilà !

Ils se mettent en face l’un de l’autre, se regardent et se mettent à rire.


GRIOLET.

Satané major !… Savez-vous que vous avez eu là une crâne idée ?


MONTHABOR.

Je le crois, mon fiston… mais quoi ! nous avions appris que Robert était dans Milan, fallait bien venir le rejoindre.


GRIOLET.

Sans doute… mais comment ?… c’était là le hic !


MONTHABOR.

Oui… nous nous creusions la boussole, lorsque tout à coup passe sur la route un carrosse conduit par un petit cocher anglais… Dans le carrosse se trouvait le neveu du gouverneur flanqué d’un gros capucin.


GRIOLET.

Nous les faisons descendre tous les trois.


MONTHABOR.

Avec une exquise politesse… et nous leurs empruntons leurs habits…


GRIOLET.

Avec une exquise politesse…


MONTHABOR.

Nous les endossons… et… fouette, cocher !…


GRIOLET.

Nous filons au galop… pendant que nos trois infortunés voyageurs…


MONTHABOR, riant.

Restaient sur la route…