Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MONTHABOR, envoyant des coups de pointe.
Gar’là-dessous, mes amours, ça pique !

Ils remontent, toujours en bataillon carré, au milieu des seigneurs qui cherchent à les attaquer et auxquels ils présentent de tous côtés la pointe de leurs sabres.

ENSEMBLE.

LES FRANÇAIS.
Venez-y, — venez-y donc !
De vous, nous aurons raison,
Celui qui s’y frott’s’y pique !
Messeigneurs, bon gré mal gré,
Notre bataillon carré
Sort en vous faisant la nique !

LES ITALIENS.
Pas de trêve, de pardon,
Et d’eux pour avoir raison
Montrons une âme héroïque !
Empêchons, bon gré mal gré,
Que ce bataillon carré
Sorte en nous faisant la nique !

Les Français battent en retraite en tenant leurs adversaires en respect et la toile tombe au moment où ils atteignent le fond du théâtre, poursuivis par la foule furieuse des seigneurs.

Tableau.