Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène III

Les Mêmes, LA PRIEURE, entrant avec une sous-maîtresse.



LA PRIEURE.

Qu’entends-je ?…


TOUTES, effrayées.

La prieure !…


LA PRIEURE, prenant la chanson que tient Stella.

Donnez-moi cela, mademoiselle… Eh quoi !… Stella… vous osez chanter une chanson pareille !


STELLA.

Ma mère, j’ignorais que ce fût mal !


LA PRIEURE.

Taisez-vous, mademoiselle ! Vous le saviez très bien !… mais c’est affreux !… vous appelez à votre aide les ennemis de votre pays !… Ah ! mes enfants, vous ne les connaissez pas, ces Français !… Ce sont des brigands qui ne respectent rien !… les églises, ils les pillent !… les petits enfants, ils les fouettent !… et les femmes !… Ah ! les femmes !…


TOUTES, sa rapprochant.

Les femmes… eh bien ?


LA PRIEURE.

Je ne sais pas au juste… mais il paraît que c’est horrible !…


TOUTES, se regardant avec effroi.

Ah !


LA PRIEURE.

Aussi, Stella a mérité une punition exemplaire et elle l’aura, (A la sous-maîtresse.) Conduisez-la dans la