Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BISCOTIN.
––––––C’est la consigne… Bien, sergent…

A madame Favart.

––––––Que faire ?

MADAME FAVART.
––––––Que faire ? Attendez !…

Prenant un broc et s’avançant vers les militaires,

––––––Que faire ? Attendez !… Militaires,
––––––Voilà le vin, tendez vos verres !

LE SERGENT, la regardant.
––––––Tiens !… quel est ce jeune tendron ?

BISCOTIN, vivement.
––––––Toinon, ma nouvelle servante !

MADAME FAVART, avec un gros rire.
––––––Eh ! oui, pardi !… c’est moi, Toinon !

LE SERGENT.
––––––Crédié ! cett’Toinon est charmante…

A madame Favart.

––––––Tu me rappelles Margoton…
––––––Qui fut ancienn’ment mon amante
––––––Et qui vous savait des chansons…

Il boit.

Se levant.

––––––Mais nos recherches… Commençons…

MADAME FAVART, vivement.
––––––Des chansons !… la belle affaire !
––––––J’en sais d’plus fort’s que Margoton…

LE SERGENT, se rasseyant.
––––––Pas possible !…

MADAME FAVART.
––––––Pas possible !… Jarnicoton !
––––––Je vas vous l’prouver, militaire !
––––––Ecoutez-moi c’refrain gaillard…

Bas à Biscotin.

––––––C’est une ronde de Favart…