Ouvrir le menu principal

Page:Duru et Chivot, Madame Favart.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PONTSABLÉ.

Seulement cette fois-ci, c’est une scène de sentiment… mais l’on ne m’attrape pas deux fois !…


FAVART, à lui-même.

Comment ! il ne croit pas…


SUZANNE.

Mais, monseigneur, je vous jure…


PONTSABLÉ.

Oui, oui, c’est entendu, vous jouez la comédie à ravir… et je vous prédis tout à l’heure un énorme succès devant Sa Majesté !… Ah ! ah ! ah ! madame de Boispréau… Elle est un peu forte celle-là !… À bientôt, chère belle, à bientôt ! Et repassez votre rôle…

Il se dirige vers le fond.


FAVART.

Permettez, monseigneur…


PONTSABLÉ, avec autorité.

Vous, mon cher Favart, terminez votre impromptu… L’heure s’avance. (En s’en allant.) Oh ! non, non !… on ne m’attrape pas deux fois…

Il sort.


FAVART.

Eh bien ! vrai, je ne m’attendais pas à celle-là !…


SUZANNE, désespérée.

Que vais-je faire, moi ?

Bruit en dehors. — On voit arriver des soldats par le fond.


FAVART.

Quel est ce bruit ?… Retirez-vous dans votre tente, et attendons les événements.


SUZANNE, avec un soupir.

Attendons !

Elle entre sous la tente.