Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
un monde

du colonel, qui dût encore subir un second abrazo, je repris le chemin de l’hôtel.

Il pouvait être 11 heures ½, lorsque nous arrivâmes ; ce fût notre hôte qui vînt nous ouvrir. Je m’aperçus que ma vue le surprenait, car ses regards se portèrent alternativement du colonel sur moi, avec une expression d’étonnement marquée.

— Si monsieur désire se reposer, car la diligence part demain matin à quatre heures, me dit-il, je vais le conduire à sa chambre.

Le colonel me souhaita aussitôt une bonne nuit, et je restai seul avec le maître de l’hôtellerie.

— Vous semblez étonné, senor, lui dis-je, de me voir de retour ?