Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
un monde

— Mais c’est une abomination de nous abandonner ainsi à notre malheureux sort, reprit sans trop de dépit pourtant l’Andalous.

— Ah ! c’est ici, à ce qu’il paraît, senora, un de ces parages si mal famés dont on m’a parlé à Vera-Crux !

— Si, senor ; c’est, après le Penal, le plus dangereux de tous. Sur trois diligences, il y en a au moins une de dévalisée.

— Espérons, en ce cas, que nous serons des deux qu’on laisse passer sans encombre. Et puis, ajoutai-je en faisant résonner dans ma poche une trentaine de piastres, en petite monnaie, que l’on m’avait conseillé de garder sur moi, afin de pouvoir, en cas d’attaque, offrir mon humble contingent aux voleurs et ne point encourir leur colère ; et puis au total, il n’y a là rien de bien terrible ; c’est une halte à faire, quelques cris sau-